vendredi 4 octobre 2013

Le martyre.

   Oh comme j'ai envie de te balancer assez de vérités et d'horreur pour que tu me cries envie de fermer ma gueule. Oh comme j'ai envie de te mettre les yeux en face des trous et te faire sortir le cerveau en te l'enroulant autour de tes propres doigts, tout comme les bourreaux ont enroulé les intestins de Saint Erasme autour du treuil d'un bateau. Sauf que je ne te demande pas de prier pour un dieu qui n'est pas le tien, de te demande de connecter ta langue à tes pensées et à me les communiquer, toutes. Oh, je ne suis pas égoïste, je veux t'aider moi aussi dans tes problèmes, mais ce serait tellement plus simple si tu me les disais. Si tu ouvrais ta bouche ne serait-ce que pour rire, parfois, quand je te chatouille...

   Oh comme j'ai envie d'oublier, de me taire. Oh, comme je le fais bien à chaque fois.

   Regarde.

Aucun commentaire: