mardi 30 juin 2015

Recalée

Je caracole dans mes draps
Or je n'suis pas un étalon
Mais une mine de vertiges recouverte
D'un torrent de nausées
Ma déception descend jusque dans mes talons
Je suis chaussée de remords
J'ai mis mes espérances à l'envers
Et pris les escaliers dans la gueule
Pourquoi ne pas manger la terre entière ?
Ne rebouchera-t-elle pas cette grosse crevasse
Dans mon ego ?

Les prismes eux mêmes sont plus voluptueux
Que mes pensérs herissées
Que mes doigts saboteurs
Que ma bouche sinueuse.

J'entends mille voix :
J'ai raté, t'as raté, c'est raté.
Je me sens comme une ratée
Mais cela n'empêche pas quelques grillons de chanter dans le treizième
Alors il faudra bien que moi aussi je me frotte les mains
Et que je me dise : encore.

jeudi 18 juin 2015

Dis : "plôme"

Ce fut trop. J'ai pleuré : beaucoup et fort. Quatre ans que je malmène mon cerveau pour l'avoir. Voilà c'est fait. Et pourtant, je n'ai pas fini mon année, j'ai encore des obligations, des angoisses, surement des deceptions à la clé. J'ai probablement aussi pleuré pour ça, parce que ces belles notes, ce mot "Admis" n'est pas le point final de cette année. Et je n'ai qu'une hate, c'est enfoncer mes pieds dans le sable, et m'endormir au bruit des vagues.