mercredi 4 avril 2012

Vite.

   J'avais un putain de sourire aux lèvres, les gens devaient croire que j'ai mangé un clown - carré, en carton, de petite taille - et pourtant je n'ai bu qu'un thé. Nous arivions d'après le conducteur en gare de Montpellier Saint Roch, il répétait : Montpellier Saint Roch. Je me suis assurée de n'avoir rien oublié dans le train, et je me suis ruée vers la sortie, vers les escalators.
   Alors le voilà, cet enchevêtrement de rails, dont l'une des tentacules pourra m'emmener chez moi dès demain. J'ai hâte de voir le boulot de Christian Lacroix. Mais passons, nous n'y sommes pas encore, soyons patients.
   La ville est couleur sable, même le ciel gris est couleur sable, et l'air est plus léger, les gens ont plus de teint, un plus large sourire. Il y a des mouettes au-dessus de la gare. Il y a des enfants qui courent dans la rue, et leurs parents ne les rappellent pas à l'ordre car ils ne se feront pas écraser par un véhicule immatriculé 75. Les bus ont encore des conducteurs ; le mien était moustachu et m'a dit "bonjoureuh mademoiselleuh", et j'ai souri béatement, en pensant à Logan.
   Je susi rentrée. C'est les vacances, et même bientôt les exams. Alors tant pis, je vais rater ces derniers, mais mes vacances, non, je les passerai ici.

Aucun commentaire: