mardi 13 mars 2012

l'Alternat.

   C'était dans un placard à balais, un vrai. Il y avait au moins quinze balais-brosses, des gants, des éponges, des   produits d'entretien, et une étagère toute encombrée de javel, alcools ménagers et autres flacons XXL.
   Et à chaque fois qu'on sortait de ces deux mètres carrés on faisait bouger la péniche, et ce jusqu'à 7h12.

Aucun commentaire: