mardi 21 février 2012

Voyage.

   Une centaine de casques et boucliers plantés tous les deux mètres, nous regardant silencieusement, matraques à la main. Ils n'avaient rien à faire. Je me surpris à croire qu'ils étaient jaloux. Il n'y avait plus de bruit, plus de belles lumières. J'avais fini cette bière qui coutait onze euros et j'avais déjà du mal à marcher. Il ne pleuvait plus mais le plan de Paris et ses mille métros multicolores gigotaient comme des vers de terres. Qu'ils sont cons de nous laisser ainsi dans la nature, il y a des gens qui ont fait un pogo sur le périph', ils auraient pu se faire aplatir comme des crêpes. C'est à cause d'eux si le ministère se retrouve taggué les lendemains de fête...
   J'espère en tout cas ne pas les revoir le week-end prochain. Plus jamais, d'ailleurs.

Aucun commentaire: