mercredi 19 mai 2010

Pour Julie.

Comme la plus belle de toutes
tu as cet air si incertain
une bouche remplie d'un éternel matin
qui déborde au coin de tes lèvres comme si on s'était embrassées la veille

tu as les yeux vermeils de fatigue
tu cries plus fort à chaque réplique
tu pars ce soir, tu pars demain
et j'espère que tu rat'ras le train

à l'aube sur le parvis d'une église
nous finirons une dernière fois, une énième fois
une bouteille déjà vidée depuis la veille
qui nous fera monter les larmes aux yeux
les yeux aux cieux

et le réveil sonnera avant qu'on soit couchées...

Aucun commentaire: