vendredi 26 septembre 2008

Un rêve de trop.

   La  lune  brumeuse  montait  doucement  comme  des  vapeurs  de  gaz.  Un  peu  hésitante,  elle rampait le  long  du  néant  se  formant  peu  à  peu  à  l'horizon  qu'on  ne  devinait  que  parce  qu'on  l'observait  parfois  à  l'aube.  La  brise  salée  d'une  mer  beaucoup  trop  lointaine  se  percevait  sur  ta  peau  bleutée,  frémissante.  Tu  grelottais  plus  que chacune  des  brindilles  du  champs  de  blé  où  tu  posais  tes  pieds  nus.
   Quelques  gouttes  tombèrent  mais  en  levant  les  yeux  nous  vîmes  qu'il  n'y  avait  pas  de  nuages.  Ce  devait  être  les  étoiles  qui  pleuraient...  On  entendit  le  vent  chanter  de  plus  en  plus  fort  entre  les  épis,  dans  nos  narines,  et  à  la  cime  des  arbres  derrière nous,  tel  une  berceuse  qui  frigorifie  et  apaise  le  cœur.  Une  douleur  douce  à  la  poitrine  nous  vint  à  tous  les  deux  au  même  instant  et  nos  regards  se  croisèrent  pendant  quelques  secondes.  Le  tien  était  vide,  on pouvait  lire  dans  tes  yeux  translucides  une  totale  absence  de  l'âme.  Quant  à  mes  yeux  à  moi,  ils  se  remplirent  de  larmes  qui  refusèrent  de  couler.  Je  me  détournai  et  tu  étais  de  l'autre  coté,  je  regardai  devant  moi  mais  tu  étais  encore  là,  ainsi  que  derrière  et  à  ma  gauche.
   Je  voulus  te  parler  pour  ne  rien  te  dire  mais  le  vent  vint  saler  ma  langue  avant  qu'elle  n'ait  le  temps  de  prononcer  une  seule  parole.  J'en  eus  marre,  je  me  levai  et  courus  t'écraser  de  mes  pas  mais  en  te  marchant  dessus  tu  réapparaissais  quatre  mètres  plus  loin.  Je  te  criai  alors  des  mots  en  l'air,  qui  s'envolaient  loin  de  tes  oreilles,  et  quand  je  compris  que  tu  n'entendais  rien  je  voulus  sentir  ton  odeur,  mais  en  m'approchant  ça  sentait  le  sel  et la  pluie  comme  partout  autour  de  moi,  tu ne  souriais  pas  à  moi  mais  à  quelqu'un  derrière  je  me  retournai  pour  regarder  et  je  te  vis  toi,  hurlant,  les  bras  en  l'air,  les  yeux  clos  mais  ta  voix  ne  sortait  pas  de  ta  gorge,  je  sentis  la  mienne  se  serrer  et  ensuite  ce  sont  tes  bras  qui  vinrent  à  la  tienne.  J'entendis seulement  ta  peau  se  briser  mais  il  n'y  eut  pas  de  sang,  juste  un  crépitement  sous  mes  pieds car  je  marchais  sur  une  branche.

Aucun commentaire: